138[1]

Dans ma Gaspésie natale
Remplie de beaux arbres
À l’orée de la forêt immense
Il y avait des sapins en abondance
Ils avaient de belles aiguilles
Et de longues branches

Ils étaient droits et fiers
En décembre arrive l’hiver
Ils étaient recouverts d’un manteau blanc
Blanc comme les cheveux de grand-maman
La forêt était devenue magique
Magique et fantastique

Parmi tant de beauté
Mon regard fut attiré
Attiré par un petit sapin
Il semblait avoir du chagrin
Secoué par le vent
Il avait l’air agonisant

Un peu isolé des autres
Après l’avoir observé
Je décidai de le couper
Pour le décorer
Comme sapin de Noël
Afin que ma salle soit belle

La famille en extase devant sa majesté
Il fut admiré aimé arrosé
Il a une place de choix dans la maison
Il est le roi du salon
Avec toutes ses garnitures
Il avait fière allure

À son pied je déposai des cadeaux
Des petits et des gros
Bien emballés
Enrubannés et colorés
Lorsque les cadeaux furent distribués
Il avait l’air dénudé

Une fois la fête passée
Je ne voulais plus m’en séparer
Le cœur rempli d’émotion
J’enlevai toutes les décorations
Avec une larme au coin des yeux
Je lui faisais mes adieux

Pour le regarder plus longtemps
Je le plaçai délicatement
Sur le banc de neige
Face à la fenêtre
Arriva le jour de la séparation
Et des grandes émotions

J’étais très émue
En le déposant près de la rue
Pour la récupération
Je lui fis attention
En miettes au printemps j’irai le chercher
Afin que mes fleurs soient protégées.