Où sont les gens ?
Où sont-ils ?
Je ne les vois pas
Je ne les entends pas
Je ne les sens pas
Sur cette terre des vaillants
jadis, des Antilles, elle était perle
Pourtant, dans ma tête
J’imagine qu’ils chantent et dansent encore

Où sont les gens ?
Les nantis battant des ailes
S’élèvent dans les airs
Ils se sont envolés vers le paradis
Ceux qui vivent de l’air du temps
Eux, se jettent à la mer
Ils seront dévorés par les requins
Les autres ont traversé la frontière
Pensant, cette fois-ci, bien dire « perejil »

Où sont les gens ?
Ils sont morts ou presque
Ils sont en prison, peut-être !
Ils se sont enfermés dans leur maison
Ils se sont tous cachés
Pour ne plus voir et entendre
Pour ne plus être vus et entendus

Où sont-ils, les gens ?
Ils sont toujours là
Sur cette terre déchirée
Par les égoïsmes de toutes sortes
Sur cette terre bouleversée
Par les préjugés de tout genre
Sur cette terre brutalisée
Par des ambitions et des passions
Des plus fantasmagoriques

Mais, où sont-ils ?
Ils sont ici, ils sont là
Dans l’obscurité, en silence
Dans ces lieux, on entend que des soupirs
Les gens ne veulent plus danser et chanter
Ils ne font plus la fête
Ils sont, hélas ! bien vivants dans le cimetière
Ils iront chercher une vie meilleure, ailleurs