maisonrose[1]

Vieille maison au cœur d’argile
Aux âges dévolus
Berceaux d’aînés.

Coffret inestimable de trésors gardés
En tes murs volutes
Antre sacré.

Lieu ou la vieille susurre les secrets de la veille
Dont en nos cœurs vibrant tout chaud
Le doux reflet des temps passés.

Et le présent, fleuve de continuité
Calcaire et roseaux amassent
La chaleur des âmes bercées.

Horloge, bats ton tic tac
Dans l’âtre de la cheminée
Au rythme de l’éternel
Témoin des pas refoulés
Dans tes heures repliées.