fotosimard22[1]

Bonjour avril chère voisine
Quand s’étiraient tes giboulées
Et ton frimas dans tes ravines
Tu embaumais chaque matinée

Mais me voici bien moins fugace
Moi le doux mois le mois de mai
Avec mes pousses et mes limaces
Apparaîtront leurs panachés

Les hirondelles et tourterelles
À tire-d’aile viendront chanter
Des ritournelles ou pastourelles
Et se feront nouvelles nichées

Puis valseront sur églantine
Des papillons de mousseline
Et les bourdons sur les chardons
Précéderont les ouaouarons

À l’horizon les cloches d’école
Se feront entendre dans les maisons
Mais les enfants devenus frivoles
Apprendront bien moins leurs leçons

Je vous salue, salue Marie
C’est votre mois le mois de mai
La conception immaculée
C’est la nature renouvelée

Oh! Cher printemps effervescent
Reviens et reviens nous égayer!